Rachat de Twitter : partir ou rester ?

Avec Elon Musk aux commandes, Twitter s’avère de plus en plus controversé. Un nouveau challenge s’offre aux social media managers de la culture : faut-il délaisser le réseau social ?

Publié le :

Vous n’avez pas pu manquer l’actualité brûlante : le milliardaire Elon Musk est officiellement propriétaire et PDG de Twitter depuis le 28 octobre 2022.

Abonnement Twitter Blue (incluant la certification payante sans vérification d’identité), déferlante de faux comptes, hausse des fake news, licenciements à gogo, assouplissement des règles de modération, système de paywall… Les changements à venir et ceux déjà effectifs suscitent bien des polémiques. En 2 semaines seulement, des millions d’utilisateur·rice·s actif·ve·s ont déjà quitté le réseau social.

Face à une plateforme de plus en plus controversée, un nouveau challenge s’offre aux social media managers de la culture : quelle décision prendre lorsque l’on représente une institution culturelle ?

Restez en veille avant tout

Selon le dicton populaire, le savoir est le pouvoir (“Knowledge is power”). À l’agence, nous le répétons régulièrement à nos clients : lorsque l’on travaille sur les réseaux sociaux, rester en veille sur les actualités et tendances est primordial. D’autant plus lorsqu’il s’agit de l’avenir d’une plateforme où votre institution est présente.

Faites le tri dans les informations, multipliez les sources, croisez les opinions.

Surveillez de près vos statistiques Twitter et analysez-les. Avec la fuite des utilisateur·rice·s, qu’en est-il de votre audience ? Réagit-elle toujours autant à vos contenus ? Gagnez-vous ou perdez-vous vos followers ?

Poursuivez votre stratégie, communiquez en interne

Elon Musk multipliant les expérimentations sur Twitter, il est encore tôt pour prendre une telle décision. Il y a de bonnes idées et des mauvaises. Il y aura des nouveautés, et des retours en arrière.

Si Twitter fait partie intégrante de votre stratégie réseaux sociaux et vous permet réellement de toucher votre audience-cible, alors poursuivez. Quitter comme rejoindre une plateforme n’est pas une décision à prendre à la légère. C’est un choix stratégique qui se doit d’être mûrement réfléchi, discuté en équipe, avec vos homologues ou vos prestataires.

Si vous aviez prévu de rejoindre Twitter ou de réactiver votre compte en cette fin d’année, il vaut mieux attendre et reconsidérer cette décision dans quelques mois.

En cas de doutes ou de questions, vous pouvez également faire appel aux services de conseil de l’Agence Digitalis. Le temps d’une ou plusieurs heures, nous vous éclairons et vous orientons sur vos choix stratégiques. Écrivez-nous : contact@agencedigitalis.fr

Tweetez moins, expérimentez ailleurs

Malgré l’ambiance chaotique voyez cela comme une occasion de recentrer vos efforts sur une autre plateforme où votre institution est déjà présente. Pourquoi pas LinkedIn qui connaît une ascension fulgurante en 2022 et où l’engagement est encore élevé ? Ce n’est pas une surprise, les réseaux sociaux demandent de savoir s’adapter selon l’actualité. Sachez saisir les opportunités qui s’offrent à vous.

Restez fidèle à votre mission et à vos valeurs : votre e-réputation en dépend

Selon l’évolution de Twitter, ce sera à vous de juger si votre institution doit partir ou quitter la plateforme. Pesez le pour et le contre. Quitter Twitter représente-il un frein pour répondre à vos missions ? Avez-vous le budget pour payer la certification ? Rester sur Twitter va-t-il à l’encontre de vos valeurs ? Quel message souhaitez-vous véhiculer ?

Plusieurs annonceurs ont déjà communiqué leur décision de stopper leur campagne ou de quitter Twitter. Si à l’avenir, votre choix est de quitter le réseau social, inspirez-vous de leurs tweets pour annoncer officiellement votre départ. Invitez-les à vous retrouver sur votre site web et vos autres canaux. Répondez à leurs remarques et questions. Respectez votre communauté en ne coupant pas le lien brutalement.

« Et les autres plateformes comme BeReal ou Mastodon dans tout ça ? » N’avez-vous pas suffisamment de pain sur la planche ? Activer un autre canal dans la précipitation, parce que c’est tendance ou parce que tout le monde y va, est l’une des principales erreurs stratégiques à ne pas faire.

Et si cette descente aux enfers de Twitter, imposant un rythme soutenu pouvant aller jusqu’à plusieurs tweets par jour, était l’opportunité d’opter pour une stratégie éditoriale plus sobre ? Moins de canaux, moins de contenus, plus de qualité ? Affaire à suivre…